Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Tous les mois, retrouvez un nouvel article sur notre activité

 

L'article du mois par  Nadine Besse

 

                                   Raymond Henry, disciple et biographe de Vélocio, nous a quittés le 25 juin 2020. S’il est un ami fidèle et indéfectible du musée, actif de notre association, c’est bien de Raymond Henry dont on peut parler.

L’étude de la naissance des changements de vitesse, dont Saint-Étienne s’honore d’être la matrice, est restituée par Raymond qui publie grâce à notre association l’ouvrage de référence   « Du Vélocipède au Dérailleur moderne ». Dès 1990, une convention de dépôt d’archives et d’ouvrages, de revues, est signée entre le musée et la « Fédé » poursuivant le but affirmé de faire de Saint-Étienne la « capitale de l’histoire du cycle ».

La première Conférence internationale annuelle sur l’Histoire du Cycle qui s’est tenue en 1990 à Saint-Étienne a rassemblé des chercheurs et collectionneurs de multiples pays pour fonder une nouvelle histoire dégagée des versions nationalistes. Raymond y a chaque année contribué, alimentant peu à peu une historiographie inédite des couturiers du cycle.


Notre association alliée à la Fédération de Cyclotourisme a pu éditer la somme magistrale que constitue son ouvrage sur Vélocio. Il a continué avec le courage et le talent qui lui sont reconnus en publiant avec la « Fédé » trois tomes de l’histoire de cette association très philosophique et citoyenne. Amoureux sincère des grandes randonnées à vélo, il en fut un membre actif et respecté par tous ses très nombreux amis et
compagnons de route. Ces quelques lignes ne peuvent suffire à exprimer notre affection et notre reconnaissance à ce grand
ami trop tôt disparu. Notre coeur reste aussi auprès de son épouse et de ses enfants.


crédit photo : Gérard Hamon, Fédération française de Cyclotourisme

C’est en ouvrant en 1989 les caves du musée à un
groupe de conseillers culturels de la Fédération de Cyclotourisme qu’a débuté la transmutation du « tas de ferraille de Vélocio », en une collection muséale exceptionnelle. Grâce à sa connaissance déjà très précise des recherches de Vélocio sur la polymultipliée, le courageux Raymond autopsie, remonte et restaure avec l’aide de son ami Claude Barsotti les vestiges entassés et rouillés, légués par Albert Raymond après la guerre.

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus